Intuos 1



Intuos 2



Intuos 3



Intuos 4





Tout d’abord les données techniques :

5040 points par pouces, résolution identique à la série 3.
2048 niveaux de pression, le double de la version 3 et quatre fois le niveau des tablettes d’entrée de gamme « Bamboo ».

Si 1024 semble déjà énorme en modulation de la pression et dans la précision du geste, c’est probablement pourtant ce point qui me semble le plus impressionnant. Une finesse de traits jamais obtenue dans les versions précédentes de Photoshop par exemple. À noter que ce nombre de niveau de pression est déjà pris en charge par les produits Adobe, mais pas encore par tous les logiciels du marché !


Après avoir essayé les boutons programmables en haut de la tablette série 1 & 2, puis les boutons ExpressKeys programmables de part et d’autre des séries 3, Wacom nous propose finalement des boutons (ExpressKeys) d’un seul coté.

L’étude de l’usage de ces fonctionnalités génialement productives montre qu’elles ne sont finalement pas si bien utilisées que ça.
Programmer des boutons n’est pas bien compliqué, mais le fait de pouvoir en attribuer à chaque application ne permet pas de mémoriser toutes les situations.

Par ailleurs, la localisation des deux côtés de la tablette ne doublait pas réellement les possibilités, les gauchers et les droitiers utilisant chacun ceux du côté opposé à leur main dominante uniquement.

Il faut tout de même dire que, s’il n’est pas forcément nécessaire de prendre une formation pour l’utilisation de ces tablettes, Il est tout de même nécessaire de prendre un peu de temps pour analyser sa façon de travailler et programmer* ses boutons, gain de temps garanti !

*(c’est qui est un bien grand mot, mais il n’y a pas de langage de programmation, c’est très simple)

Pour en revenir au positionnement géographique d’un seul coté des boutons et zones tactiles, tout devient plus simple. En effet, droitiers et gauchers n’auront qu’à choisir leur positionnement dans le pilote de la tablette pour être assuré d’un confort de travail inégalé. (l’écran d’affichage peut changer de sens, génial)

L’idée du petit écran LCD permettant de donner l’indication de la fonction attribuée est vraiment maligne ! Attention, pas d'écran sur la version Small !

Enfin le temps passé à préparer les accès aux fonctions de votre navigateur, de votre messagerie, comme de Photoshop ou d’Illustrator ne sera pas vain, puisqu’oublié aussi vite qu’il a été fait !

Ceux d’entre vous qui ont pris le temps de paramétrer leur tablette pourront, en dehors du plaisir procuré par l’outil, apprécier le temps qu’il est possible de gagner.


Les zones tactiles, version 2 (présents sous forme de 2 touches Strip de part et d’autre des Intuos 3, sous-utilisés !)



Les touchstrips, très sensibles au passage de la main vers le clavier, finissaient souvent par être désactivés. (Dommage, il était possible de les laisser actif avec le stylet !)

Alors, la zone tactile sous forme d’anneau avec un bouton pour quatre situations semble être une bonne idée (TouchRing)
Vraiment l’utilisation devient possible dans toutes les situations.

Pour la zone TouchRing, les quatre fonctions ne donnent pas accès à un écran, c’est dommage. (mais un bouton aide pour mémoire permet de visualiser en direct sur votre écran ce qui a été programmé sur chaque position)



Attention, les programmations en pouvant être universelle pour toutes les applications, à vous de jouer pour les personnaliser.

Menu contextuel, maintenant menu radial (Intuos 4 et Cintiq)

Alors la, je parie fort que pour beaucoup d’utilisateurs c’est du chinois !
Que ceux qui utilisent le menu contextuel « Wacom » et non pas celui du clic droit ou du bouton du stylet lèvent la main !
Fort à parier qu’il n’y en a pas beaucoup.

La déclinaison de ce menu en menu radial accessible par un bouton préprogrammé change bien la donne. Menu et sous menus au programme, vous pouvez tout masquer sur votre écran !
Il y a fort à parier que vous aimerez beaucoup… une fois de plus à condition de prendre le temps de le rendre utile à votre usage propre.





Conclusion :

Inutile de vous dire que j’aime bien le produit, sa précision et le confort d’utilisation ont été réellement améliorés.
Avec la volonté de se pencher sur le mode d’emploi ou de regarder wisibility, (en particulier si je prends le temps de faire des séquences sur le sujet) devrait vous conforter dans l’idée que c’est une belle réussite.

Côté look, chacun pensera ce qu’il veut, mais elle n’est pas désagréable à l’œil, certes le côté noir et brillant en plus la rend aussi salissante qu’un écran d’iPhone ou un écran brillant à la mode d’aujourd’hui ! La finition est toujours de belle facture, rien d’étonnant de ce côté, Wacom ne nous a jamais déçus là-dessus.

Un détail, le câble USB est amovible, on aurait pu imaginer une prise à droite et une à gauche pour s’adapter aux usagers de la main gauche comme de la main droite, curieusement il y a bien deux prises… mais du même côté, une en haut et une en bas de la tablette, curieux, même si cela permet qu’elle soit toujours en haut de la tablette en fonction de sa position, mais à gauche ou à droite.

Enfin, le porte crayon devient également un logement spécial pour les pointes, très astucieux, combien d’entre vous cherchent encre les pointes de rechange dans la carton d'origine partie à la poubelle ?





Pas encore d’outils complémentaires (Aéro, souris (il y en a encore qui les utilise, si, si !) et autres pointeurs à venir en juin théoriquement)

Pour + d'infos, sur le prix, caréctéristiques supplémentaires, vidéos… RDV sur le site de Wacom.

Yves Chatain