Tutoriels vidéo art graphique gratuits

 
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.
Pages: [1]   En bas

Auteur Sujet: INTERROGATION SUR L'EVOLUTION METIER  (Lu 4024 fois)

Pinky

  • Wisi Addict
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 131
  • Je cherche .... je cherche...
    • Voir le profil
    • Mon Viadeo
INTERROGATION SUR L'EVOLUTION METIER
« le: juillet 13, 2007, 09:25:21 am »

Je vous propose de ce sujet qui devient récurant et qui m'interpelle depuis quelque temps et qui découle de mon expérience sur le terrain.

En deux parties :
1) Avec la démocratisation de l'informatique je rencontre de plus en plus de personne de cursus pro secrétaire, standardiste voir aux mieux sortie du service marketing "parachutées" "Inphographiste" dans des structures internes. Je dois bien le dire sans être trop péjorative : la plupart n'ont aucune idée de la diff entre RVB et CMJN... alors des notions de profil, de photogravure ou d'imprimerie !!! Bien sur cela emmène de la formation (:D) mais pas assez pour en faire de véritables pro (nbres de jours limités).
Première question : l'imprimeur doit-il refuser de faire une partie du travail au risque de perdre une majorité de sa clientèle ?

2) Ma deuxième reflexion concerne le .pdf. Pour faire court, ce format est cencé être généré par le client et comme le dit DPI Free, l'imprimeur devrait se concentrer sur le roulage..... Mais voilà, pas de 300 dpi, pas de gestion de profil, les typo incorporées dans l'ignorance, et inutile d'envisager un travail sur la transparence et autre version de postcript, car souvent il n'y a ni fond perdu, ni trait de coupe...:rolleyes::rolleyes: j'en passe.
D'où la reflexion que j'ai eu avec une dir. Fab. récemment (en préparant une formation Pitstop) : A part être sur un même support (Acrobat) où est l'avantage de demander un .pdf s'il faut le retravailler après ?

Les métiers de la chaîne graphique ont concidérablement évolués. Alors où doit commencer et où doit s'arrêter le rôle de l'imprimeur ?

S;o)
IP archivée
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisici elit, sed eiusmod tempor incidunt ut labore et dolore magna aliqua.

aliasousa

  • Wisi Pilier de comptoir
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 71
    • Voir le profil
INTERROGATION SUR L'EVOLUTION METIER
« Réponse #1 le: juillet 13, 2007, 11:01:23 am »

Bonjour,

Je me permet de répondre étant moi-même une ancienne assistante essayant de devenir infographiste. Oui, je dis bien devenir car j'ai fais une formation de 6 mois et un stage d'un mois et donc je sais bien qu'entre une formation de 6 mois et plusieurs années il y a une différence mais bon faut s'accrocher et puis quand ça plait c'est déjà plus facile.

Je note que je suis déjà au niveau avancé car je connait la différence entre RVB et CMJN  :P

Par contre, j'ai choisir de faire mon stage d'un mois dans une imprimerie justement afin de parfaire ma formation et de connaitre les contraintes imprimeur.

Et bien là je dois dire que le problème ne se limite pas aux secrétaire mais tout le monde fait son document tout seul dans son coin car maintenant beaucoup touche à photoshop. Je ne te parle pas du résultat : livres en corps 16, carte de visite sans fond perdu, des photos en basse définition et le meilleur ceux qui s'étonnent que les couleurs à l'écran, sur l'imprimante et chez l'imprimeur ne soient pas les mêmes. Donc je ne suis pas pro mais il y a des choses que le secrétaire apprend.

Pour ce qui est du refus de l'imprimeur, en général, ceux qui font leur document eux-même vont chez les petits imprimeurs et ne tirent pas en grosse quantité mais c'est toujours ça qui rentre dans la caisse. En plus les petits imprimeurs ont dû mal à survivre et s'ils refusent ce genre de demande le client ira ailleurs et on lui fera quand même.


Le fait que l'imprimeur accepte met aussi en péril le métier d'infographiste. moi lors de mon stage on m'a dit qu'il serait mieux que je fasse l'imposition des documents plutôt que de faire infographiste ? C'est un métier qui n'a plus d'avenir. Mais bon récupérer la m. des autres et essayer d'en faire un truc à peu près correct ne m'intéresse pas.

Sujet à méditer...
IP archivée

tibubu

  • Wisi Addict
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 136
    • Voir le profil
INTERROGATION SUR L'EVOLUTION METIER
« Réponse #2 le: juillet 13, 2007, 16:06:26 pm »

Whaoooo ! Je suis parti quelques jours et quand on revient sur Wisi, ça fait tout drôle… On a l'impression d'être juste avant la Saint-Barthélémy ! Et pourtant, c'est un grand réactif qui parle :D:D
Voici ce que j'en pense pour ma petite personne et ma (longue, sinon grande, je n'ai pas fréquenté tous les imprimeurs de l'univers ni tous les studios) petite expérience :
Le débat sur qui fait quoi, on l'a depuis 1986, depuis les débuts de la PAO, quand la chaîne graphique était constituée d'une dizaine de métiers qui se passsaient les uns aux autres des supports physiques (bromures, films) sur lesquels chacun mettait sa valeur ajoutée : composition, scan et photogravure, montage-incorpo, transfert sur plaques et impression.
Très vite, sont apparus deux métiers nouveaux : maquettiste-graphiste-infographiste, peu importe le nom, qui réalise des fichiers et dont les connaissances en imprimerie étaient, surtout au début, généralement nulles et puis le flasheur qui réalisait des films à partir des fichiers. On a commencé à réduire la taille de la chaîne graphique. Puis on est passé (je vais vite) au CTP, à l'image numérique et on a encore raccourci la chaîne. Tooute l'histoire de la numérisation, c'est une histoire de réduction du nombre d'étapes… Ce qui veut dire que chacun doit savoir en faire plus (un saucisson avec des tranches plus épaisses est plus dur à digérer disait ma grand-mère, qui ne manquait pas d'esprit pratique…).
Aujourd'hui, je pense qu'on a le choix entre deux solutions : apprendre pour faire soi-même ou demander à des spécialistes de faire à sa place. Avant, on avait pas le choix, avec le numérique, on peut choisir.
Tous els graphistes ne sont pas des secrétaires et je connais des secrétaires qui sont devenues de bien meilleures préparatrices de documents que certains photograveurs reconvertis. Toutes les situations sont possibles, il suffit de se connaître assez pour savoir ce qu'on sait faire et ce qu'on ne sait pas faire, qu'il faut avoir l'humilité d'apprendre ou de donner à faire…
Il m'arrive d'envoyer à imprimer en Chine (désolé, mais le client est roi…) des fichiers PDF créés à partir de fichiers Indy que j'ai entièrement réalisés avec des photos que j'ai prises moi-même : le saucisson n'a que deux tranches : moi et l'imprimeur. Et ça marche, dans ce cas-là. Mais il m'arriva aussi de donner des images à des photograveurs-retoucheurs, parce que c'est difficile à reprendre et que je ne m'en sens pas capable (gros plans de chairs en particulier, ou voitures) et aussi de donner des fichiers PDF aux images en RVB à un imprimeur, parce que je ne sais pas quel papier veut le client ni quelle machine l'imprimeur va utiliser.
Avec l'imprimeur, ou bien il donne TOUTES les informations (et dans le post sur l'histoire du 310 % de taux d'encrage – ce qui n'est pas si énorme que ça, entre nous – , visiblement, il n'en dit pas assez) et on peut les entrer soi-même dans le fichier ou bien on ne sait pas les entrer et on PAIE (eh oui, c'est normal, on sait faire ou on paye, quelqu'un a justement dit que l'imprimeur n'a aucune raison de travailler pour rien) pour que l'imprimeur mette le fichier d'équerre.
Le problème, c'est quand l'imprimeur veut un fichier nickel mais ne donne pas ses informations !!! (soit parce qu'il veut faire le boulot, soit parce – ça existe, je peux donner des noms – il ne sait absolument pas de quoi on parle, il y a autant de brêles chez les imprimeurs que chez les directeurs artistiques, les graphistes et les chauffeurs de bus). On rentre alors dans un jeu de divination et d'à peu près qui ne peut pas donner de bons résultats.
Mais un des avantages du système capitaliste (il faut bien qu'il en ait, sinon le grand soir aurait succédé au petit matin depuis longtemps) est qu'on peut choisir ses clients et ses fournisseurs. Quand on n'est pas content, on va voir ailleurs : la concurrence, ça s'appelle et elle a pour principal mérite, si tout le monde la fait jouer, d'éliminer les mauvais…
Maintenant, il y a des réglages qu'il est logique dans 99% des cas que l'imprimeur fasse : défonce, imposition, etc. Ça dépend des conditions techniques concrètes que le graphiste ne connaît pas dans la plupart des cas. C'est trop facile de dire : le graphiste se dém……, il a voulu le numérique, moi je me contente d'appuyer sur le bouton de la presse. Les imprimeurs qui font ce calcul vont vite perdre leurs clients… Le rôle de conseil de l'imprimeur est leur garantie d'avenir. Mais à condition qu'on accepte de payer plus cher dans ce cas. Les clients veulent souvent du pas cher avec tous les services !!!
Moi, je vous le dis, s'il n'y avait pas les clients, les graphistes, les imprimeurs, les papiers, les encres, les logiciels, les polices et les images, ce serait le plus beau métier du monde…
IP archivée

sixroubles

  • Wisi tout neuf
  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 20
    • Voir le profil
INTERROGATION SUR L'EVOLUTION METIER
« Réponse #3 le: août 08, 2007, 20:50:08 pm »

QUEL BONHEUR
Le thème est "inter...... metier", bien malin celui qui peut aujourd'hui l'imaginer et probablement pas les pratiquants.
Quel chromiste traitant du benday au feri, quel photo tapant des maquettes avec des bancs aux lampes à charbon ou faisant les premières teintes au scan a pu imaginer qu'en 5 ans son statut d'aristocrate des arts graphiques allait s'effondrer ???
Il faut se souvenir pas par nostalgie mais comme leçon, avec quel suffisance les photograveurs ont reçu les premiers films de flashage compte fils en main : Voyez le texte, il est hachuré, couleur défoncée sous les noirs, pas de grossi etc....
Ce sont les photocompo avec leurs opérateurs de saisie rompus
 à l'ordi  qui ont mangé les photogravures qui étaient partis avec des stations Sun qu'ils n'ont jamais pu rentabilisées.
A mon sens qu'il faut retenir de ces années passées mais récentes (C'est très vieux con tout ça) c'est que p... qu'est ce que ça va vite, alors soyons ouverts, attentifs aux évolutions,et se taper un max de stages pour ne pas rester sur le quai.
Quai sur lequel j'ai vu des files de monteurs, chromistes, photo... qui ont regardé les feux arrières du train (C'est presque du Rimbaud).
Pour en finir, je tiens à préciser que je ne suis pas, à mon grand regret un "créatif", mais il est vrai que quelques fois je décortique des fichiers que c'est un vrai bonheur tellement c'est bien fichu y en des sacrèment trapus!!!
IP archivée
 



Wisibility est un sité dédié à la formation aux métiers l’image. Vous y trouverez différentes ressources vous aidant à maîtriser les logiciels graphiques tels que Photoshop, Lightroom, Illustrator, InDesign, Flash… Aujourd’hui, Wisibility réunie plus d'une vingtaine d’experts, intervenant en Entreprise pour former graphistes, webdesigners, développeurs web, photographes, monteurs, trucistes…
Depuis 2006 nous nous sommes spécialisés dans les tutoriels vidéos permettant de se former à distance. Notre forum très actif, géré par une équipe de bénévoles répondra à vos demandes. Vous pourrez également profiter de nos émissions et reportages sur la Wisi TV.
Contact - Wisibility est une marque déposée

Blog - Tutoriels - Wisi TV - Forum